SEO : les bonnes techniques d’optimisation


Vous avez un site web et vous souhaitez savoir comment le référencer rapidement et quelles sont les erreurs à corriger ? Il existe de nombreuses techniques SEO qui permettront de propulser naturellement votre site vers le haut des SERPs. Celui-ci doit en effet respecter les tendances du moment : optimisé, épuré, responsive, attrayant… Voici quelques méthodes simples à appliquer de suite !

Analyser son site avant de procéder à tout changement

Avant toute chose, analysez votre site rapidement pour savoir ce qui marche et ce qui ne fonctionne pas. Pour cela, je vous recommande d’entrer le nom de domaine de votre site web dans la barre d’analyse de 1&1 qui vérifie en quelques secondes son affichage, sa visibilité, son niveau de sécurité et son temps de chargement : 4 critères qui jouent un grand rôle dans votre référencement que ce soit au niveau de l’indexation, de l’expérience utilisateur (ergonomie), de sa fiabilité, et de sa performance. L’avantage ? Cet outil gratuit vous donne des astuces et vous propose d’ajouter des options pour renforcer la sécurité ou améliorer l’affichage de votre site pour mieux l’optimiser.

En règle générale, le référenceur utilise également d’autres outils SEO pour auditer son site d’un point de vue de la performance, de l’affichage, de la visibilité et de la sécurité :

L’idéal est d’en utiliser un maximum pour avoir un aperçu général de la qualité de son site.

Changer d’hébergeur sans pénaliser son référencement, c’est possible ?

Autre cas de figure: vous avez un bon trafic mais souhaitez, pour une raison ou une autre, changer d’hébergeur. Pour ne pas perdre votre popularité, on vous conseille de garder votre nom de domaine, de sauvegarder entièrement votre site (possible par exemple avec le plugin BackupWordPress si votre site utilise le CMS WordPress) et de procéder à un changement de vos DNS. Matt Cutts, responsable de l’équipe anti-spam chez Google, vous explique plus précisément les étapes à suivre dans cet article publié par Webrankinfo.

Cas pratique : changer d’hébergeur pour son site WordPress

Choisir un nouvel hébergeur

Il y a quelques semaines de cela, mon site était hébergé chez one.com, un hébergeur dont les serveurs sont implantés au Danemark. C’est pour cette raison que j’ai décidé de transférer mon nom de domaine chez un hébergeur français. En effet, comme le dit si bien Daniel Roch dans son guide « L’audit technique : quels points analyser pour avoir un site web « Google friendly » ? » :

« Plus un serveur sera proche de sa cible, meilleur sera le temps de chargement. »

Pour ma part, j’avais un temps de réponse serveur de presque 2 secondes, simplement pour que le serveur sur lequel mon site était actif prenne en compte les requêtes envoyées par le navigateur pour l’affichage de la page web. Pour s’en rendre compte, il suffit d’utiliser un outil comme Pingdom Tools (dont j’ai parlé précédemment) ou alors Chrome Dev Tools qui permet d’évaluer la performance du réseau et de savoir quelles ressources mettent trop de temps à charger. Pour ce faire, il faut faire un clic droit dans la page Web sur Google Chrome, sélectionner l’onglet Network et recharger la page pour voir apparaître ceci :

Analyse de la performance et de la vitesse de chargement d'un site avec Chrome Dev Tools

Analyse de la performance et de la vitesse de chargement d’un site avec Chrome Dev Tools

J’ai donc voulu migrer mon site WordPress vers une autre plateforme. A ce titre, quoi de mieux qu’OVH en la matière qui, bien qu’il soit parfois critiqué, demeure un excellent hébergeur ? En outre, je disposais déjà d’un hébergement chez eux. Je n’avais donc rien à racheter si ce n’est transférer le nom de domaine sur mon espace actuel.

Contacter son hébergeur actuel pour résilier l’abonnement et demander l’auth-ID

Une fois que vous avez choisi votre nouvel hébergeur, il faut prendre contact avec l’ancien pour commencer les démarches relatives au transfert. J’ai donc utilisé la discussion en temps réel sur mon compte one.com (mieux que les tickets sur OVH) et un référent technique m’a répondu dans les secondes qui ont suivi. Leur service est en effet très efficace. C’est d’ailleurs grâce à un membre de leur équipe que j’avais pu rédiger un article proposant une astuce pour désactiver le cache serveur. Bref, allez à l’essentiel et dites lui que vous voulez transférer votre nom de domaine chez un autre hébergeur. Normalement, vous allez recevoir un mail de demande de résiliation.

Mail de confirmation de demande de résiliation one.com

Mail de confirmation de demande de résiliation chez one.com

Dès que la demande de résiliation a été effectuée, cliquez sur le lien « Démarrer la résiliation » pour mettre fin à votre hébergement web.

Résiliation hébergement one.com

Confirmation de résiliation d’abonnement chez one.com

Pour finaliser l’étape de résiliation et commencer le transfert de nom de domaine, vous devez déverrouiller ce dernier. Pour ce faire, votre ancien hébergeur (one.com) doit vous envoyer par mail un code auth-ID.

Déverrouillage du nom de domaine et récupération du code de transfert auth-ID

Déverrouillage du nom de domaine et récupération du code de transfert auth-ID

Il s’agit d’une clé qui permet de débloquer/valider le transfert. Si vous ne l’avez pas, demandez-la car elle est obligatoire… Sans elle, vous ne pourrez transférer votre nom de domaine chez un nouvel hébergeur. Il vous sera demandé par OVH par la suite. Pour vérifier que votre nom de domaine a changé d’état, passant d’indisponible à transférable (OK), vous pouvez afficher le whois ou taper votre nom de domaine (ici anthony-degrange.fr) dans le champ de recherche d’OVH : https://www.ovh.com/fr/domaines/

Faire la demande de transfert de nom de domaine chez OVH

Vous avez obtenu votre code de transfert, prenez en soin car il va vous être demandé dans les étapes qui suivent, au moment de la commande de votre nom de domaine chez OVH :

  1. Recherchez votre nom de domaine dans le champ de recherche vu précédemment et cliquez sur « Transférer / Renouveler » en face de votre NDD.
  2. Sélectionnez l’option « Rapatriez ce domaine vers OVH sans changer le propriétaire ». Cochez la case qui certifie que vous êtes bien le propriétaire actuel du nom de domaine affiché.
  3. Renseignez le code d’autorisation de transfert (authInfo)
  4. Confirmez à nouveau que vous êtes bien le propriétaire du nom de domaine et que vous désirez en effectuer le transfert chez OVH
  5. Aux écrans suivants, il vous sera demandé de vous acquitter des frais de transfert qu étaient de l’ordre 8,39€ TTC dans mon cas (pour un site ayant une extension en .fr). Une fois le paiement effectué, vous recevrez un mail de confirmation, précisant que les robots OVH ont bien transféré le nom de domaine et qu’il est disponible dans votre manager, ainsi que la facture de la commande.

Plus d’explications sur le site d’OVH : https://www.ovh.com/fr/g1349.transfert-nom-de-domaine-generique

EDIT : dans mon cas, la procédure de transfert ne fonctionnait toujours pas au bout de quelques jours. Autrement dit, mon site pointait toujours sur mon ancien hébergement (one.com) d’après le whois. J’ai donc décidé de contacter OVH en ouvrant un ticket dont vous trouverez la copie ci-dessous :

Gestion des DNS OVH ; pointer un nom de domaine vers le serveur d'hébergement

Cliquez sur la photo pour mieux voir

Il suffisait donc simplement de réinitialiser les DNS pour faire pointer mon nom de domaine vers mon nouveau serveur. Pour plus d’explications, vous pouvez suivre ce lien.

Optimiser son site un maximum

J’ai déjà mentionné plus haut que le temps de chargement d’une page peut être rédhibitoire pour le référencement. En effet, qui a envie de rester sur un site qui met plusieurs secondes à se charger ? D’ailleurs, saviez-vous que Google prévoit la mise en place d’un indicateur de performance sur mobile (Red Slow Label) comme il l’avait fait avec son étiquette « Mobile friendly », déployée en avril 2015 à l’échelle internationale ? Le temps de chargement des sites est incontournable, aujourd’hui plus que jamais. De ce fait, il faut faire en sorte d’alléger votre page avec un design épuré et correspondant aux standards du web en 2015 :

  • Réduisez (Minify) au maximum les fichiers externes de type JavaScript et CSS et, si votre site le permet, rassemblez les en un seul fichier pour gagner en nombre de requêtes et en temps de réponses serveur. Par exemple, 10 fichiers CSS et 10 fichiers JS, ce ne sont déjà pas moins de 20 aller-retour entre le navigateur et le serveur à chaque connexion d’un internaute sur votre site. Pour en savoir plus sur la compression des fichiers JS, rendez-vous sur ce site : http://41mag.fr/pourquoi-et-comment-reduire-et-rassembler-vos-fichiers-javascript.html.
  • Déplacez les codes JavaScript synchrones en bas de page pour accélérer le chargement des autres ressources ou ajoutez des attributs « defer » pour différer l’analyse des fichiers JS sur la page et favoriser l’affichage des autres ressources (images, HTML…),
  • Autorisez la compression Gzip,
  • Activez la mise en cache des ressources statiques côté navigateur,

Ce sont les principales optimisations techniques, d’un point de vue de la vitesse et de l’affichage des pages, à apporter à votre site mais il y en a d’autres. Pour effectuer une analyse complète, utilisez les outils présentés plus haut.

Désormais, le design doit donc être attrayant, sobre et surtout, responsive, c’est-à-dire qu’il doit s’adapter aux appareils mobiles pour correspondre aux besoins des internautes toujours plus nomades (en 2015, plus de 50% des recherches se font sur mobile).

Il existe de nombreux templates préfabriqués qui répondent à ces exigences. La communauté francophone de WordPress par exemple en propose des milliers avec des design optimisés et dans l’air du temps : long scrolling, conception en mosaïque, flat design, mise en avant de visuels, background vidéo… Tout est fait pour améliorer l’expérience utilisateur au sein de laquelle le visuel prend de plus en plus de place.

En ce qui concerne vos images, pensez à réduire leur poids et leur taille à l’aide d’outils que vous trouverez sur Photoshop ou sur Gimp en vue de réduire les pixels et compresser les photos (on recommande une compression à 70 % pour ne pas perdre en qualité visuelle). Dans un article, je vous donne une méthode efficace et rapide pour compresser ses photos dans Photoshop via un script automatisé. Enregistrez-les en format .jpg sauf si elles ont des effets de transparence, auquel cas vous pouvez les exporter en format .png. Vos images prendront cependant plus e poids sur le serveur. Une fois fait, renommez vos photos avec un titre court et signifiant en séparant les mots par des tirets uniquement (pas d’espace ni de caractères spéciaux : guillemets, parenthèses, underscore…). Pour que celles-ci soient bien référencées sur Google Images, donnez-leur un nom, décrivez-les par le biais d’une légende et, le plus important, ajoutez une description pertinente (remplir l’attribut alt). Vous pouvez également déclarer chacune de vos images au sein d’un fichier sitemap.xml.

Vous l’aurez compris : le référencement de vos photos est tout aussi important que le référencement de vos contenus textuels.

Bientôt, vous pourrez lire mon article dédié à l’audit de référencement tel que je les conçois.

5 commentaires

  1. Stéphane dit :

    Il n’est pas rare de voir des sites hébergés sur des serveurs qui mettent du temps à répondre. Cela pénalise d’une part le temps de chargement de page et d’autre part, la performance du site. Cela a deux impacts. Le premier concerne l’expérience utilisateur qui est touché. Le deuxième, ce sont les robots d’indexation qui doivent fournir plus d’effort et qui mettent plus de temps pour parcourir les pages.

  2. Sophie dit :

    Bon comme d’habitude Anthony un article détaillé, pingdom est vraiment pas mal, à ajouter à ma liste d’outils gratuits

  3. Super cet article, les photos trop négligées par les e-commerçants!

  4. comparateur d'assurances dit :

    Merci pour ces outils ! Avant je n’optimisais mon site qu’avec Woorank, maintenant je viens d’avoir une bonne solution pour le temps de téléchargement de ma page à l’aide de cet article.

  5. Jean-Claude dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces conseils.
    Malheureusement, on ne peut pas tous les suivre, le site étant fait avec un cms e-monsite.
    Les fichiers css et js ne peuvent pas être déplacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut