Checklist SEO : quels sont les 5 points les plus importants à auditer pour augmenter sa visibilité rapidement ?

Checklist SEO

En phase d’audit d’un site web, il est indispensable de disposer d’une checklist SEO qui permettra de gagner du temps lors de l’analyse et de prioriser les différents axes d’optimisation qui serviront à augmenter sa visibilité grâce au SEO et, par conséquent, accroître son trafic et ses conversions issus du référencement naturel. C’est pourquoi, à travers cet article je vais vous donner les principaux points à vérifier lors d’un audit, que ce soit sur le plan technique ou lexical, d’un point de vue on-site essentiellement.

Audit technique

1/ Balise canonical

La balise canonical permet d’indiquer à Google quelle URL fait office de référence dans le cas d’une duplication de contenus totale ou partielle. Par exemple, un site B souhaite relayer via son site le contenu d’un site A, sans le réécrire totalement, l’objectif étant un simple partage d’informations. Dans ce cas, il y a un risque élevé de duplication de contenu. Si le contenu du site B est identique à celui du site A, le site B devra, selon les consignes dictées par Google, spécifier une URL canonique dans son code source afin d’indiquer la paternité du contenu d’origine, laquelle revient au site A.

La balise canonical sert également, de manière préventive en tout cas, à s’auto-protéger, auquel cas, on indiquera dans l’entête http de la page en cours une balise canonical qui renvoie vers elle-même. Ainsi, cela permet de se prémunir, en théorie du moins, de toute tentative de negative SEO de la part d’un site malveillant ou d’un concurrent mal intentionné.

A quoi ressemble une balise canonical ?

<link rel= »canonical » href= »http://www.yakaferci.com/ » />

Où placer la balise canonical dans le code source ?

  • Entre les balises <head></head>

Quel outil SEO gratuit utiliser permet d’identifier si toutes les pages indexables d’un site possèdent une balise canonical ?

  • Screaming Frog

2/ Fichier robots.txt

Le fichier robots.txt est un fichier texte, réalisé via le bloc-notes le plus souvent, qui permet, entre autres, d’indiquer à Googlebot les URLs, les fichiers ou les répertoires qu’il peut suivre ou ne pas suivre, dans le cas d’une procédure de crawl et d’indexation. C’est donc un fichier extrêmement important qui peut causer de gros dégâts s’il est mal utilisé, une désindexation totale du site notamment.

A quoi ressemble un fichier robots.txt ?

Fichier robots.txtUn fichier robots.txt doit contenir :

  • des règles d’instructions qui concernent le user-agent visé,
  • des directives liées au crawl (Allow ou Disallow) ou à l’indexation (Noindex, dans le cadre d’une création de site ou d’une refonte seulement => ne remplace pas la balise Meta Robots X-Tags « Noindex » dans l’entête HTTP d’une page web en vue de désindexer une page d’ores-et-déjà indexée),
  • une ligne d’instruction qui spécifie l’emplacement du fichier sitemap.xml

Où placer le fichier robots.txt ?

  • A la racine du site sur le serveur FTP

Comment générer ce fichier ?

Comment savoir quelles pages doivent être crawlées / incrawlables ?

  • Toute page inutile d’un point de vue du référencement naturel (pages formulaires, pages paramètres, pages de recherche, pages de liste…) doit être empêché au niveau du crawl et donc recevoir l’instruction « Disallow: » dans le fichier robots.txt. Tout le temps que vous faites gagner à Google au niveau du crawl de votre site vous sera bénéfique au moment du classement de ce dernier au sein des pages de résultats sur des requêies ciblées.

3/ Fichier sitemap.xml

Le fichier sitemap.xml est un fichier qui permet d’indiquer à Google les URLs indexables. Chaque fichier sitemap peut contenir jusqu’à 50 000 URLs. Si votre site dépasse ce nombre, il vous faudra créer différents fichiers répartis, soit par langue, soit par type de pages, en fonction des besoins liés à votre site. Idéalement, il est recommandé d’indiquer pour chaque URL du sitemap, les images et les langues (hreflang) associés.

A quoi ressemble un fichier sitemap.xml ?

Fichier sitemap.xmlUn fichier sitemap.xml doit contenir :

  • une balise d’ouverture <urlset>,
  • une balise <url>,
  • une balise <loc>,
  • une balise <lastmod>,
  • une balise changefreq>,
  • une balise <priority>,
  • en options : les images et les hreflang. pour les images, vous aurez plus d’infos ici : https://support.google.com/webmasters/answer/178636?hl=fr

Où placer le fichier sitemap ?

  • A la racine du site sur le serveur FTP

Quel outil SEO gratuit utiliser pour générer ce fichier ?

  • Xenu et Screaming Frog, néanmoins, ces outils intégrant parfois des URLs non indexables, il peut être judicieux d’intervenir manuellement et dynamiquement sur ce fichier pour ajouter/supprimer des URLsindexable/non-indexables

Audit lexical

4/ Balise title

La balise title est, selon moi, le critère numéro 1 de positionnement d’un site dans les moteurs de recherche, d’un point de vue on-page en tout cas. Sans elle, un site aura beaucoup moins de chance de ressortir sur des mots-clés. A ce titre, un travail de recherche lexicale est à réaliser en amont en vue de répartir les mots-clés qui seront utilisés sur chacune des pages de votre site.

A quoi ressemble la balise title ?

La balise title doit contenir :

  • idéalement 65 caractères,
  • des mots-clés.

Où placer la balise title sur un site ?

  • Entre les balises <head> et </head> de votre page

Quel outil SEO gratuit utiliser pour générer une balise title ?

  • Sur la plupart des CMS, cette balise est gérée nativement ou à l’aide de plug-in. Sur WordPress, l’extension Yoast SEO permet de renseigner manuellement la balise title de chacune de vos pages.

5/ Balisage Hn

Le balisage Hn correspond à la structure éditoriale d’un site web. Comme pour un article de journal, une page web doit être structurée de manière logique. Autrement dit, elle doit disposer de :

  • un titre principal et unique (H1) qui définit le thème de la page;
  • un texte d’introduction (facultatif) qui introduit le sujet;
  • des sous-titres de niveau 1 (H2), entrecoupés de paragraphe qui correspondent aux arguments de chaque sous-partie => si vous utilisez les H2, il doit y en avoir au minimum 2 sur votre page;
  • des sous-titres de niveau 2 (H3), entrecoupés également de paragraphes => les H3 sont facultatifs, néanmoins s’ils sont utilisés, ils doivent être au nombre de deux (au minimum 2 H3 par H2).

Exemple :

Sur une page catégorie d’un site e-commerce, on trouvera idéalement :

  • en h1, le nom de la catégorie,
  • un texte d’introduction de 3/4 lignes,
  • en h2, le nom des produits

Autre possibilité de balisage :

  • en h1, le nom de la catégorie,
  • un contenu de présentation de la gamme, lequel contient deux h2 entrecoupés de paragraphe,
  • en h3, le nom des produits

Dernière possibilité de balisage :

  • en h1, le nom de la catégorie,
  • un texte d’introduction de 3/4 lignes,
  • Un titre H2 qui présente une sélection de produits (nouveautés, ventes flash, dernières ventes…),
  • en h3, le nom des produits associés à ce premier h2,
  • Un deuxième titre H2 qui présente une sélection de produits (nouveautés, ventes flash, dernières ventes…),
  • en h3, le nom des produits associés à ce deuxième h2,

NB : les sous-titres de niveau supérieur (H4, h5, h6) sont inutiles, sauf éventuellement dans le cas d’un article de plusieurs milliers de mots-clés.

Vous souhaitez en savoir plus sur les différents points d’optimisation à auditer sur un site web ? Voici une checklist SEO plus fournie à découvrir sur le site Opquast.

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Doit on mettre une balise « canonical » pour toutes les pages ou juste pour la page d’accueil ?
    Vous dites qUe l’on peut mettre 2 « h2 » sur la même page. Ne faut-il pas alors créer plusieurs sections ?
    Si oui on ne peut pas sur WordPress.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut