Interview de Jérémy Parard, chef de projet SEO chez Experts Référencement

Jérémy Parard
Sommaire

Aujourd’hui, je vous propose l’interview d’un ancien collègue à moi… Que dis-je un collègue ? Un éternel ami ! Une série d’interviews suivra dans les mois à venir pour présenter la nouvelle vague de référenceurs qui arrivent sur le marché, ainsi que des poids-lourds du SEO qui viendront exposer leur vision actuelle du référencement. Vu comme ça, on croirait que je présente le marché des transferts :p

Jérémy, présente-nous ton parcours, qui tu es, pourquoi tu en es arrivé là, etc.

Bonjour, je m’appelle Jérémy et j’ai 32 ans. Après des études d’Histoire, ma passion depuis ma plus tendre enfance, j’ai essayé de percer dans la presse écrite. En effet, lors de mes années à la Faculté, j’ai pigé pour la PQR de ma ville, Orléans, à la « La République du Centre » en tant que correspondant sportif.
Ce fut mon entrée dans la presse papier et, pendant près de 8 ans, j’ai vécu de piges dans divers supports (PQR, hebdomadaire économique, lettre municipale, hebdomadaire généraliste gratuit…). Pour cela, je me suis mis à mon compte en tant qu’auto-entrepreneur en 2009. En 2012, après plusieurs mois en tant que Journaliste remplaçant à « la Tribune d’Orléans » et à « la Tribune de Tours », j’estimais pouvoir prétendre à un poste de journaliste titulaire dans l’un de ses hebdomadaires gratuits, mais la chance ne me fut pas offerte.

Lassé par le statut précaire de ma situation et déçu par cet échec, j’ai remis en question mon ambition professionnelle et j’ai décidé de trouver une voie dérivée pour continuer de rédiger. J’ai donc choisi de me réorienter vers le web.

Journalisme

En tant que journaliste de formation, pourquoi avoir choisi la voie spécifique du SEO plutôt que la rédaction web qui te semblait grande ouverte étant donné tes compétences ?

Le SEO n’a pas été une voie forcément flagrante. Le web étant un milieu totalement inconnu pour moi, j’ai déjà dû montrer ma motivation pour intégrer une école. Après avoir appris quelques notions en HTML/CSS, l’Ecole Multimédia a accepté de m’intégrer dans sa formation Webmaster-Webmarketer en contrat de professionnalisation. Pour cela, j’ai dû trouver une entreprise. C’est alors que Franck Maquinay m’a offert une opportunité de rêve au sein de la société Experts-Référencement en me prenant comme assistant référenceur. Aujourd’hui, je suis en CDI chez Experts-Référencement en tant que chef de projet SEO.

Donc, la voie était loin d’être toute tracée pour un néophyte dans le web tel que moi (je ne connaissais même pas le code source d’une page et la commande Ctrl-U). Toutefois, grâce à l’opportunité que m’ont offerts l’Ecole Multimédia et Franck Maquinay, pour lesquels je leur serai éternellement reconnaissant, j’ai découvert un nouveau domaine d’activité, le SEO, qui devient aujourd’hui une véritable passion.

Jérémy Parard : cursus professionnel

En quoi la rédaction sur le web est-elle si différente que la rédaction sur les autres médias ?

Tout d’abord, en tant que chef de projet SEO, on ne peut pas dire que la rédaction web soit ma principale prérogative. Sur la partie on-site, j’estime être plutôt un coordonnateur auprès du client pour lui faire rédiger le bon contenu au bon endroit. Et, en tant que technicien SEO, j’essaie d’optimiser le site de mon client pour qu’il soit considéré par Google.

A mon avis, la principale différence entre la rédaction web et la presse écrite réside dans le fait que le journaliste mène une enquête pour informer le lecteur tandis que le rédacteur web doit d’abord avoir une démarche sémantique, pour optimiser sa page vis-à-vis de Google, et penser à l’internaute via un format rédactionnel plaisant et une rédaction incitant à la participation. Sur ce que j’ai pu constater, tout le savoir-faire de la rédaction web doit reposer sur un contenu intéressant, bien entendu, mais aussi sur une bonne optimisation de la page et une expérience utilisateur attrayante.
Pour schématiser, dans un cas, c’est l’information qui prime, le fond donc, alors que dans l’autre, c’est la forme.

Tu continues toujours un peu ton activité de journaliste, en pigiste, en parallèle de cette nouvelle activité ? Sur ton profil Viadeo, on peut voir que tu continues à couvrir certains évènements sportifs en tant que correspondant local de La Nouvelle République à Orléans ? C’est toujours d’actu ? Si oui, ça te prend du temps ?

Jusqu’à cet été, je continuais effectivement de travailler pour la Nouvelle République. Cependant, ce n’était pas pour du travail rédactionnel mais pour des prestations téléphoniques, le dimanche après-midi. La prestation consistait à appeler les clubs de district pour connaître les scores de leurs équipes et ainsi rassembler des informations pour la page « Résultats » du journal de lundi. Cependant, j’ai décidé d’arrêter ce travail par manque de temps.

Toi qui as un peu la double casquette rédacteur/référenceur, ça t’aide au quotidien pour effectuer certaines tâches SEO ?

Comme je le disais dans une question précédente, je suis finalement assez peu amené à rédiger. Pourtant, oui, mes capacités rédactionnelles sont un véritable plus dans le référencement naturel, ne serait-ce que pour l’aspect sémantique qui devient essentiel. Elles me permettent aussi de corriger les textes, pour éviter au maximum les fautes d’orthographe, de retravailler le contenu pour l’optimiser et le rendre plaisant pour l’internaute. Enfin, mon expérience de journaliste me permet d’être plus précis dans mes commandes de textes, afin de faciliter le travail du rédacteur, et mes capacités d‘investigation sont importantes pour trouver des thèmes de contenus attrayants.

En parlant de tâches SEO dans ma précédente question, ça me fait penser que je ne t’ai pas demandé à quoi ressemblait une journée type de référenceur chez Experts Référencement ?

Je ne répondrai pas exactement à la question car il n’y a pas de journée type au sein d’Experts-Référencement. Les journées varient en fonction du type de dossiers sur lesquels je travaille. J’axerai donc ma réponse sur la prise en charge d’un dossier. Le premier élément, qui déterminera l’ensemble de la prestation, est la recherche des mots clés. A ce propos, un article de ce blog explique très bien comment faire (http://www.anthony-degrange.fr/seo-et-choix-des-mots-cles/).

Ensuite, comme j’ai coutume de le dire, chaque site a sa propre vérité : certains demanderont un énorme travail technique d’optimisation (corrections d’erreurs 404, amélioration de la vitesse du site, redirections…) quand d’autres demanderont une meilleure organisation de l’architecture sémantique. Ce ne sont que deux exemples pris à la volée, mais il existe de nombreuses façons d’aborder le travail d’optimisation d’un site, surtout si l’on se réfère aux nombres de critères que Google prend en compte pour positionner un site Internet.

Ce sont donc l’audit du site et les évolutions des mots clés au cours de la prestation qui déterminent la ou les stratégie(s) à adopter pour un site en particulier.

Si tu devais faire le bilan de ces 20 derniers mois dans cette boîte, tu tirerais quelle conclusion ?

Un bilan extrêmement positif ! Cela a été la découverte d’un secteur d’activité riche en perspectives, des rencontres avec des personnes attachantes et passionnantes. Je dis cela avec une grande sincérité, car, aujourd’hui, si l’on me demande quelle a été ma meilleure opportunité professionnelle, je répondrais sans hésiter, « Celle qui m’a été offerte par Experts-Référencement ».

Quelles sont les principales contraintes et les principaux avantages de travailler en agence selon toi ? As-tu déjà eu le sentiment d’être bloqué sur un projet ?

Je vais faire une réponse de Normand à la première question. En tant qu’employé, je dirais que nous avons les contraintes et les avantages inhérents au statut de salarié dans une entreprise. Ceci comparé au statut de chef d’entreprise ou d’auto-entrepreneur, qui présente d’autres contraintes et avantages. Mais je suis beaucoup plus heureux et serein aujourd’hui chez Experts Référencement que lorsque j’étais auto-entrepreneur par exemple.

Par ailleurs, je répondrai par l’affirmative à la seconde question. Car, pour certains de mes dossiers, je suis convaincu que je pourrai les emmener bien plus haut si j’avais plus de temps à leur consacrer. Malheureusement ce n’est pas possible puisque, pour cela, ce n’est pas un prestataire qu’il faudrait pour ces sites mais quasiment un référenceur à plein temps.

Sur ton profil Viadeo, j’ai pu voir que tu étais passé par l’école Multimédia de Paris… Peux-tu nous présenter cette école en détails ? Prépare t-elle bien au métier de référenceur ?

L’Ecole Multimédia est une école située dans le quartier de Beaubourg, près du Centre Pompidou. On peut donc dire qu’elle se trouve dans un quartier parisien très agréable. C’est une école à taille humaine qui propose, entre autre, des formations par alternance afin de former ses élèves aux métiers du web. Elle est très intéressante financièrement car elle ne demande qu’une adhésion annuelle d’une centaine d’euros.
La formation de webmaster-webmarketer que j’ai faite m’a permis d’être sensibilisé aux différents domaines du web tels que le web-marketing, le webdesign, l’intégration, le développement et le référencement (SEO et SEA). Toutefois, si elle m’a donné de très bonnes notions, je n’ai pas eu le sentiment d’acquérir de véritables compétences. J’ai beaucoup plus appris dans la pratique de mon métier chez Experts-Référencement. Quoi qu’il en soit, elle m’a donné d’excellentes bases pour entrer dans le monde du web.

Tu as gardé des contacts avec certains étudiants ? Si oui, tu sais vers quels métiers il se sont orientés ?

Malheureusement non. Je n’ai pas gardé de contact avec les étudiants de ma promo. C’est de ma faute car, par manque de motivation et de temps, je n’ai pas entretenu les relations amicales qui m’unissaient avec les autres élèves de ma formation, pour laquelle nous étions un petit groupe de 8 personnes. A ma connaissance, ces derniers se sont plutôt orientés vers le marketing web et le métier de webmaster.

Quels sont tes projets à plus ou moins long terme ? Continuer dans le SEO je suppose mais comptes-tu poursuivre en agence ? En freelance ? Chez l’annonceur ? Et pour quelles raisons ?

A moyen terme, mon ambition est de continuer de travailler en agence dans le référencement naturel. Les raisons de continuer en agence sont :

  • le confort de vie,
  • moins d’incertitude qu’en freelance,
  • continuer à développer mes compétences au sein d’une équipe aux multiples qualifications.

Par contre, si une opportunité se présente chez un annonceur, il se peut que j’étudie la proposition avec intérêt car cela pourrait-être un nouveau challenge afin de découvrir une autre façon de travailler le SEO.

Sinon, à part ça, en dehors du SEO, quelles sont tes passions ? Moi qui te connais depuis 1 an et demi, c’est le moment de m’en apprendre davantage sur toi ?

En dehors du SEO, mes passions sont le sport, l’Histoire, avec un énorme intérêt pour les civilisations et les monuments historiques, et enfin, la politique, même si aujourd’hui nos dirigeants m’agacent plutôt qu’autre chose.

Depuis que j’ai 6 ans, j’ai une affection toute particulière pour l’Histoire. Et ce goût pour cette matière a été renforcé durant mes études en faculté d’Histoire. D’ailleurs, lors de ces études, j’ai profité de n’avoir que 18 heures de cours par semaine pour visiter de nombreux châteaux dans la vallée de la Loire, autour de Paris et en Bretagne. Un véritable kiffe ! Ma Licence d’Histoire a aussi renforcé mon intérêt pour la politique, celle-ci trouvant ces sources dans l’histoire de notre pays. Puis je suis convaincu que le changement, sans que cela soit une formulation de campagne, viendra de la politique. Eh non, je ne suis pas encore désabusé, pourvu que ça dure 😉

Enfin, le sport est ma 3e passion. En tant que pigiste, j’ai réalisé de nombreux articles sur le sport avec comme point d’orgue la réalisation de papiers pour « la Tribune d’Orléans » et la « Tribune de Tours ». J’ai pu couvrir l’équipe de foot de Tours en Ligue 2, le club de basket d’Orléans en Pro A, le club de Volley tourangeau en Pro A et l’équipe féminine de hand de Fleury en D1. J’ai également fait de belles rencontres comme par exemple l’ancienne championne de judo Frédérique Jossinet, le basketteur Adrien Moerman, le cycliste Pierre Rolland, les anciens volleyeurs Eric N’Gapeth et Loïc de Kergret, les anciens footballeurs Reynald Pedros et Yann Lachuer…

Comment vois-tu le référencement d’ici quelques années ? Quel est ton sentiment autour des questions relatives à l’évolution de notre profession ?

C’est une question bien complexe qui va certainement amener une réponse un peu « fouillis ». Tant pis, je me lance !

Déjà, je trouve que le SEO est devenu un métier très à la mode car la demande en référencement est très forte depuis quelques années. Ce qui implique que la concurrence est devenue très grande, aussi bien entre les référenceurs qu’entre les sites référencés. D’autant que le nombre de places reste toujours le même puisque tous les sites clients veulent être en première page, voire dans le top 3 des résultats de recherche.

Néanmoins, cela ne va pas empêcher les gens de faire de plus en plus de commerce sur le web. Donc, si une personne avait la réponse relative à l’avenir du référencement naturel, elle serait maître du monde, au même titre que celui ou celle qui connaîtrait l’algorithme de Google. Malgré tout, nous pouvons faire « confiance » à Google pour qu’il nous trouve de nouveaux facteurs qui mettront un nouveau coup de pied dans la fourmilière, à l’image de Pingouin. Ça, c’est pour la vision un peu pessimiste du référenceur qui doit dire Amen à tout devant Google.
Mais, comme tu le dis Anthony, le référenceur doit toujours se remettre en question, ce qui est aussi très passionnant. Donc, pas de problème, il trouvera les réponses aux casses-têtes que nous propose la firme de Mountain View.

Quoi qu’il en soit, je suis convaincu que la part du contenu continuera de devenir de plus en plus essentielle. En effet, nous cherchons à positionner des mots, qui sont l’essence même d’une phrase a minima et d’un texte a fortiori. Bah oui, je prêche pour ma paroisse :-)

Un référencement de qualité nécessitera une utilisation fine du netlinking et des réseaux sociaux pour créer un véritable univers, à l’image de l’environnement sémantique dont nous parlons beaucoup aujourd’hui.

Ce n’est bien sûr que mon avis, mais les sites qui répondront de manière optimum à ces facteurs seront difficiles à dépasser, surtout s’ils le font depuis longtemps. Pour finir, le maître du jeu, c’est Google. Et c’est lui qui continuera de jouer avec nous. Car je pense, peut-être à regret, qu’il a l’avance pour rester le grand maître de la recherche sur le web encore un bon moment.

Google is the boss

Fais ta promo ! Parle-nous d’autres projets sur lesquels tu travailles actuellement…

Comme je le disais dans la question ci-dessus, la rédaction est, pour moi, un facteur clé du référencement. L’aspect rédactionnel me manque depuis que je ne suis plus journaliste. Donc, avec mon collègue Younès, nous avons développé le projet d’un site sur le foot, www.fanafoot.com, sur lequel Younès s’occupe de l’administration du site et dont je suis le rédacteur des articles. A titre personnel, j’ai aussi un projet de site sur les monuments historiques dont le nom de domaine est www.historistique.fr. Ces deux projets ont pour objet de développer mes compétences en rédaction web et aussi de tester différentes techniques de rédaction web. Cela me permettra peut-être également de rapporter un peu d’argent si ça veut bien prendre :-)

Fanafoot

Je te laisse le mot de la fin… Profites-en pour remercier ta mère, ton père (c’est toujours important de remercier ses géniteurs :p) ou sinon donne des conseils aux petits nouveaux qui se lancent dans le métier.

Je tiens donc à remercier mes parents qui m’ont toujours soutenu dans mes projets professionnels. Je tiens aussi à remercier Julio Arias-Arranz de l’Ecole Multimédia et Franck Maquinay d’Experts-Référencement qui m’ont fait confiance et ont été des moteurs pour ma reconversion professionnelle. Je souhaite faire un petit coucou à mes collègues d’Experts-Référencement (Youn, Notso, David, Sylvain, Romain, Céline, Charles, JP, Syfax, Mathieu Dom) et à mes amis Orléanais (Nicofil, Nicolep, Fred, Charly, Lolo, Toto, Matt).

Enfin, le meilleur pour la fin, je tiens à témoigner ma reconnaissance à Anthony Degrange, qui m’a offert une tribune sur son site. Je voudrais aussi, cher Toto, te souhaiter plein de courage et d’abnégations pour continuer de faire vivre ton super site, ce qui n’est pas une mince affaire quand on a une activité professionnelle en parallèle.

Je n’ai pas de message particulier pour les petits nouveaux dans le métier mais, d’une manière plus générale, je dirais : « croyez en vos capacités et en vos rêves, la chance se provoque et elle peut ouvrir des portes qui semblent inaccessibles. Le web en est un parfait exemple »

1 commentaire

  1. Un petit tour chez miss seo girl pour en découvrir davantage sur Antho, un petit tour ici pour en apprendre un peu plus sur Jérém… Très intéressante comme interview !

    Tant que j’y suis, étant à l’Ecole Multimédia actuellement (en formation de Chef de Projet Multimédia, cette filière a absorbé la filière Webmaster-Webmarketer dernièrement), je vais laisser mon feedback si ça peut intéresser certaines personnes.

    Comme le dit Jérém’, l’école à 3 principaux avantages : son prix, sa taille humaine et son réseau. Il s’est passé à peine 2 semaines entre ma pose de candidature et mon admission en contrat pro avec une entreprise trouvée grâce à leurs contacts (un merci également à Franck Maquinay :)).

    Elle a selon moi un inconvénient : l’intérêt des cours dépend trop des intervenants. Certains font preuve d’un manque de pédagogie gênant parfois. Je nuance quand même ce constat : quelqu’un qui souhaitera se donner à fond pour apprendre malgré cette barrière y arrivera. Les intervenants sont professionnels et très disponibles.

    A côté de cela, j’ai également eu affaire à des intervenants de haut vol ! L’un dans l’autre, je suis satisfait de ce que propose cette école et comme le rappelle justement Jérémy : c’est de toute façon dans le milieu professionnel qu’on apprendra le plus. Elle aura été au final un tremplin parfait.

    Bref ! Ça fait vraiment plaisir de voir que ça roule de ton côté Anthony :) Et en passant, bonnes vacances à Jeremy. Je ne doute pas qu’il passe en coup de vent ici ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut