Comment bien choisir ses mots-clés ?

Bien choisir ses mots clés pour le référencement de son site

En référencement, on ne le dira jamais assez, mais une bonne stratégie se base toujours au préalable sur un bon choix de mots-clés.

Qu’est-ce qu’un bon mot-clé ?

Un bon mot-clé, c’est une requête ou expression qui :

  • correspond parfaitement à votre activité pour mieux convertir,
  • possède un volume de recherches suffisamment élevé pour vous apporter du trafic,
  • est soumise à une faible concurrence afin de vous positionner plus facilement et, surtout, plus rapidement dans les moteurs de recherche

Comment déterminer la volumétrie de recherches d’un mot-clé ?

Pour cette partie, tout se passe dans l’outil de planification des mots-clés. Auparavant, on avait pour habitude d’utiliser le générateur de mots-clés mais Google y a mis fin au profit de ce nouvel outil qui ne change pas vraiment la donne si ce n’est qu’il faut désormais être connecté à son compte Adwords pour avoir accès aux données.

Outil de planification des mots cles

  1. Une fois connecté à votre administration, cliquer sur « Rechercher de nouvelles idées de mots clés et de groupes d’annonces » (l’onglet se déroule),
  2. remplir le premier champ de mots-clés séparés par une virgule ou remplir le second en indiquant l’URL de votre site Internet,
  3. Cliquer sur « Obtenir des idées »,
  4. Cliquer sur l’onglet « Idées de mots-clés »

Comment déterminer la concurrence autour d’un mot-clé ?

Pour savoir si un mot-clé sera difficile à positionner, il est nécessaire de connaître la concurrence, c’est-à-dire le nombre de sites qui visent cette expression dans Google, ce dernier centralisant 91% de parts de marché dans le search en France. Plusieurs données seront à combiner pour obtenir un niveau de concurrence le plus précis possible, parmi lesquelles :

  1. Le nombre de résultats qui ressortent dans la SERP Google
  2. La commande « allintitle »
  3. Le nombre d’annonces Adwords et le montant de l’enchère par clic,
  4. L’évaluation manuelle du type de sites qui se positionnent sur une requête (étude du champ sémantique, Hn, audit du profil de liens, etc.) et du type de résultats dans les SERP (images, vidéos, actualités, shopping, Google Map, etc.)

Une fois la volumétrie de recherche et la concurrence établies pour chacun des mots-clés, je réalise généralement un tableau de synthèse qui me permet d’identifier rapidement les requêtes les plus simples à positionner. En effet, directement inspiré du livre « Réussir son référencement web » d’Olivier Andrieu, ce procédé permet d’avoir une note globale pour chaque mot-clé de votre tableau. La note globale est calculée sur la base de :

  • une note d’intérêt (volumétrie de recherche issu de l’outil de planification des mots-clés de Google Adwords),
  • une note de faisabilité (concurrence)

L’association de ces deux indicateurs permet d’obtenir une note globale et d’identifier les expressions dont le rapport intérêt / faisabilité est le plus fort.

Autres outils de recherche

Par ailleurs, il peut être judicieux, pour concrétiser l’analyse sémantique de votre site, de :

  • utiliser l’outil de suggestion de mots-clés Google Suggest,
  • utiliser l’outil de suggestion de mots-clés Übersuggest,
  • vérifier la tendance des mots-clés avec l’outil Google Trends,

Google Suggest et UbberSuggest permettent d’approfondir la recherche d’expressions de longue-traîne tandis que Google Trends indique la tendance de recherche des requêtes par ordre chronologique. On peut ainsi voir quels sont les termes les plus utilisés par les internautes pour définir votre activité.

Etude de cas : réalisation d’un audit sémantique complet

Voici un exemple d’audit sémantique réalisé sous Excel :

Choix mots cles

La colonne A détaille chacune des rubriques du site. Mes mots-clés seront ainsi classés par type de pages et par catégories/sous-catégories. Cela permet d’identifier les pages de destination sur lesquelles devront se placer chacun des mots-clés. Je rappelle une règle essentielle : 1, 2 voire 3 mots-clés ciblés par page.

La colonne B liste les différents mots-clés.

La colonne C répertorie pour chaque mot-clé le volume de recherche obtenu grâce à l’outil de planification des mots-clés Google Adwords.

La colonne D contient une note d’intérêt calculée sur 20. La formule à noter dans chaque ligne Excel est la suivante :

=SI(C3<1000;0;SI(C3<10000;5;SI(C3<50000;10;SI(C3<100000;15;20))))

NB : si le mot-clé a une volumétrie de recherche inférieure à 1 000, la note d’intérêt sera de 0. Entre 1 000 et 10 000, on attribue une note d’intérêt de 5. Entre 10 000 et 50 000, la note d’intérêt sera de 10. Entre 50 000 et 100 000, elle sera de 15 tandis qu’au-delà, elle sera de 20. Vous l’aurez compris, plus la requête représente un intérêt en termes de trafic, plus sa note sera élevée.

La colonne E affiche le nombre de résultats qui ressortent pour chaque expression.

La colonne F calcule la faisabilité de chaque mot-clé. La formule Excel est la suivante :

=SI(E3>100000000;0;SI(E3>50000000;5;SI(E3>10000000;10;SI(E3>1000000;15;20))))

Les points sont attribués de la façon suivante :

  • Plus de 100 millions de résultats : 0 points
  • 50 à 100 millions de résultats : 5 points
  • 10 à 50 millions de résultats : 10 points
  • 1 à 10 millions de résultats : 15 points
  • 1 à 10 millions de résultats : 15 points
    Moins de 1 million de résultats : 20 points

Plus la concurrence est forte sur une requête, moins l’expression recevra de points.

La colonne G affiche la note globale, calculée grâce à l’addition de la colonne D (note d’intérêt) avec la colonne F (note de faisabilité).

La colonne H affiche « oui » lorsque le mot-clé bénéficie d’une note globale supérieure à 20. Ces mots-clés auront un potentiel de positionnement supérieur aux autres qui seront soit trop concurrentiels, soit faiblement recherchés.

6 commentaires

  1. BrunoT dit :

    Bonjour,

    Votre article est intéressant à plus d’un titre et ce qui me plaît avant tout, c’est que vous traitez le sujet de la pertinence des mots-clés, car combien d’agences de référencement ne font pas cet essentiel travail d’audit et se bornent à travailler les mot-clés voulus par le client qui n’est pas toujours au fait de ce qui est le mieux pour lui, ou ceux qui les arrangent.
    Comme vous l’expliquez bien, l’important n’est pas d’être en première position sur un ou plusieurs mots-clés, mais bien de convertir.

    Cordialement,

    Bruno

  2. Gianluca9 dit :

    Bonjour Bruno,

    Effectivement, pour avoir travaillé dans quelques agences, les modes de fonctionnement diffèrent de l’une à l’autre. Mais ce travail de sélection des mots-clés demeure essentiel. Sans lui, on ne sait pas où l’on va.

    Merci pour vos encouragements 😉

  3. Pierre dit :

    Article intéressant, mais j’ai quelques doutes sur la note par rapport à la volumétrie…un site évoluant dans un marché de niche n’aura pas forcement des volumes de recherche aussi important…comment faire pour déterminer des tranches de recherche…ne risque t on pas de passer a coté des requêtes stratégique en ne se focalisant que sur le volume de trafic?

    • Gianluca9 dit :

      Merci pour votre commentaire !

      En effet, pour des marchés de niche, cela s’avère plus compliqué… Il se peut que la volumétrie ne révèle pas nécessairement le potentiel d’une expression. Dans ce cas, je dirais que c’est une histoire d’interprétation. La volumétrie de recherche et le nombre de résultats dans Google ne sont que des indicateurs de base qu’il faudra pondérer avec d’autres critères comme la commande « allintitle » qui révèle plus certainement la difficulté que vous aurez à vous positionner sur un mot-clé. L’important est de faire un tableau Excel qui centralise toutes ces données et de les analyser après coup, en n’omettant pas également une chose essentielle : sur quelle(s) page(s) mon ou mes mot(s)-clé(s) vont-ils se positionner ?

  4. Julien dit :

    Un article complet et intéressant, mais je pensais que la stratégie de positionnement d’un site via le choix des mots-clés était une stratégie destinée à disparaître ? Car il existe tellement d’outils pour le faire aujourd’hui (le dernier en date ayant fait du bruit : secockpit) qu’on peut penser que puisque l’automatisation est possible, les contre-mesure ne vont pas tarder et les mots-clés les plus concurrentiels ne seront plus accessibles via du netlinking direct.

    • Gianluca9 dit :

      Bonjour Julien,

      Merci pour ton retour. Effectivement, comme pour chaque action en SEO, il existe des outils, des macros qui permettent d’automatiser le processus. Mais ce sont bien souvent des outils payants que tout le monde n’a pas le chance de pouvoir s’offrir 😉 30 euros par mois, c’est déjà une somme. Et je suis davantage partisan de conserver certaines méthodes artisanales. C’est comme en cuisine, il est toujours possible d’acheter du surgelé mais rien ne vaut les produits du marché. Maîtriser les fondamentaux, surtout quand on parle de recherche de mots-clés, c’est bien utile, surtout quand on passe d’agences en agences. Elles n’utilisent pas toutes les mêmes outils.

      Sinon, je ne comprends pas pourquoi la stratégie de mots-clés serait vouée à disparaître ? Elle évolue mais de là à disparaître, je ne pense pas. Nous n’en sommes pas encore là à mon avis. Se positionner sur des mots-clés concurrentiels reste toujours possible avec beaucoup de temps, de l’énergie, de l’endurance et une bonne dose de stratégie commerciale.

      En dehors de ça, il y a le black hat mais je n’en suis pas un fervent défenseur ni un chef de bande 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut